Résumé de la conférence-cocktail

Prana

Le 27 janvier, l’Ordre des tabliers eut l’honneur d’accueillir 3 conférenciers fascinants et passionnés dans le contexte d’une conférence sur les modèles d’affaires dans le domaine de l’alimentation au Québec. Ceux-ci partagèrent avec l’auditoire leur cheminement, leur philosophie personnelle et d’affaires, le tout animé par une passion contagieuse.

Le tout démarra avec une présentation de Geneviève Everell, fondatrice de l’entreprise Sushi à la maison. Comme le nom l’indique, l’entreprise se spécialise dans la confection par un chef, surnommé les «Miss Sushi», de sushis dans la maison des clients. Bien que celle-ci est maintenant fondatrice d’une entreprise qui emploie 30 ‘Miss Sushis’, Geneviève Everell a dut se buter à des nombreux défis tout au long de son enfance. Elle fut élevée dans un milieu défavorisé, par des parents toxicomanes et alcooliques.

Pour ces raisons, celle-ci déménagea jeune, et travailla avec acharnement dans de nombreux emplois afin de subsister à ses besoins. C’est dans la cadre d’un de ces emplois qu’elle découvre sa passion pour les sushis, qu’elle appelle affectueusement des «bouchées de bonheur». Suite à cette découverte, elle commença à organiser des soirées sushis chez des amis, et le bouche-à-l ‘oreille ne se fit pas tarder. Bien qu’au début, ce n’était qu’un projet secondaire, le succès monstre lui permit de s’y dédier à temps plein. Deux livres plus tard, avec une entreprise en pleine croissance, on peut dire que son choix était le bon.

Marie-Josée Richer, co-fondatrice de Prana, possède également un cheminement fascinant. Désenchanté par son séjour universitaire, celle-ci se tourna plutôt vers les voyages, ce qui l’amena en Inde. Cette expérience l’inspira, et est à la base de deux événements cruciaux ayant mené à la création de Prana ; la rencontre de son conjoint et partenaire d’affaire, ainsi qu’une exploration de diètes nombreuses. Cette fascination pour la nourriture résulta dans l’ouverture d’un restaurant végétalien en Inde, qui connut du succès.

À son retour au Québec, elle se lance avec son conjoint dans une aventure de taille ; la création d’une entreprise. Ils commencent à importer des ingrédients sains et biologiques, et en font des collations santé. Au début, elle doit cogner aux portes des détaillants afin de tenter de les convaincre de vendre leurs produits. Maintenant, l’entreprise est en pleine incursion dans le marché américain, et fait affaires en gros volumes. La croissance de l’entreprise est guidée par une philosophie de simplicité et d’innovation frugale, tout en s’assurant d’avoir un impact positif au niveau financier, social et environnemental.

Finalement, le tout fut clôturé par David Côté, co-fondateur de Crudessence et de Rise Kombucha. À l’instar de Marie-Josée Richer, sa trajectoire entrepreneuriale fut grandement influencée par ses voyages. En tant que jeune activiste environnementaliste, il prit graduellement conscience de l’impact environnementale ainsi que sur la santé de l’alimentation. Éventuellement, celui-ci devient un adepte de l’alimentation végétalienne cru, passion qu’il véhicule désormais par l’entremise de Crudessence et Rise Kombucha.

Ayant reçu une réponse négative lors d’une demande pour un prêt de 300 000$ à une banque, Crudessence dût trouver une manière alternative de se développer à ses débuts. Cette rejection ne fut pas suffisante pour décourager les fondateurs, qui se sont plutôt tourné vers un modèle ‘grassroots’. Il s’agissait initialement d’un service de livraison de dîners à bicyclettes. De plus, plusieurs individus y travaillaient gratuitement, car ils croyaient dur comme fer à leur mission. Plusieurs années plus tard, il est évident que David Côté a gagné son pari.

Ce que l’on peut dégager de cette conférence, c’est l’importance de l’authenticité. Les trois ont insistés à maintes reprises sur l’importance de cette qualité dans leur succès. En étant authentiques, et en se dédiant à des modèles d’affaires axés sur leurs passions, ils ont réussis à créer des entreprises impressionnantes. Geneviève Everell affirme qu’il ne «faut pas compter les heures pour être entrepreneur». L’énergie contagieuse de ces 3 conférenciers démontre qu’il est plus facile de mettre des longues heures sur un projet quand celui-ci nous fascine.

-Nicolas Nadeau-Lemyre

Les coopératives agricoles, l’avenir de la COOP Fédérée

L’ Ordre des Tabliers vous invite à participer à notre Conférence-Réseautage avec Vincent Cloutier, économiste principal chez la Coop Fédérée.

Lors de sa présentation, il mettra l’emphase sur le nouveau profil de la main d’oeuvre recherchée chez la Coop fédérée et sur l’influence de l’évolution des nouvelles technologies sur les style de gestion nécessaires à la Coop fédérée.

Lire plus

Pur Vodka, le leader de la vodka québécoise

L’Ordre des Tabliers vous convie à une conférence avec le fondateur de l’entreprise Pur Vodka, Monsieur Nicolas Duvernois le 13 novembre à 18h45 au Salon National pour en apprendre davantage sur cette entreprise innovante dans le secteur de l’agroalimentaire. Une somme de 5$ doit être déboursée pour assister à la conférence. Ce montant inclut la dégustation de vodka et les bouchées. Au plaisir de vous y voir en grand nombre

Lire plus